Le système LMD

Le système LMDLicence Master Doctorat

La construction de l’Espace Européen de l’Enseignement Supérieur commencée en 1999 s’est concrétisée progressivement par l’adoption du système LMD afin d’harmoniser les diplômes entre les différents pays pour d’une part favoriser la mobilité et les échanges d’étudiants et d’autre part faciliter la reconnaissance des diplômes dans tous les pays en dégageant trois niveaux lisibles et comparables.

La Licence regroupe les trois premières années de formation après le baccalauréat. Elle est organisée en 6 semestres et vise une spécialisation progressive dans des grands champs disciplinaires (Mathématiques, Informatique, Biologie …). Deux voies sont proposées aux étudiants : une voie « courte » appelée Licence Professionnelle qui vise l’insertion immédiate à Bac +3 sur le marché de l’emploi dans des métiers ciblés et une voie « longue » dite Licence « généraliste » qui vise la poursuite d’études vers une spécialisation plus poussée en Master. La fin de la deuxième année demeure un carrefour d’orientation entre la Licence dite  « généraliste », la Licence Professionnelle et les écoles d’ingénieurs notamment. Inversement, de nombreuses passerelles nombreuses permettent aux étudiants des IUT, BTS et classes préparatoires d’intégrer les parcours de Licence en deuxième ou en troisième année.

Le Master regroupe les deux années d’études suivant la Licence. Il est organisé en 4 semestres et vise un niveau de spécialisation élevé dans le but de préparer une thèse de doctorat ou bien de s’insérer sur le marché de l’emploi des cadres et ingénieurs à Bac +5.

Le Doctorat sanctionne 3 ans de travail de thèse après un Master pour une insertion professionnelle à Bac +8 sur le marché de l’emploi des cadres supérieurs dans la recherche fondamentale ou appliquée, la recherche et le développement dans les entreprises et l’enseignement supérieur principalement.

L’autre nouveauté principale du système LMD a consisté dans l’attribution de crédits pour valider les diplômes et l’adoption du système ECTS (European Credits Transfer System) comme « monnaie unique de l’enseignement ». Chaque semestre vaut 30 crédits. Le diplôme de Licence correspond à l’obtention de 180 crédits et le Master de 120 nouveaux crédits après la Licence.

Ces données sont identiques dans toutes les universités et d’un point de vue pratique, ce système de crédits ne change rien pour l’étudiant : les matières enseignées sont toujours sanctionnées par des notes, la validation de chaque semestre se fait par la moyenne compensée de ces notes (les crédits jouent alors le rôle de coefficients). Une fois cette validation obtenue, les crédits sont automatiquement affectés à chaque étudiant. Si ce système ne change pas le quotidien de l’étudiant, il a en revanche pour vertu de faciliter sa mobilité entre les universités françaises d’une part et européennes d’autre part.